AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 « Le hasard a un sacré sens de l'humour. » [pv Gabrielle ~ Kathleen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
hey little lambs, I'm
avatar
Invité
more about you
your identity card




ARDA CITY
▲▼▲


MessageSujet: « Le hasard a un sacré sens de l'humour. » [pv Gabrielle ~ Kathleen]   Dim 31 Mar - 13:31



« Le hasard a un sacré sens de l'humour. »
Kathleen & Gabrielle

Dix heures sept. Le hall d'attente du commissariat était bondé, comme tous les jours. La recrudescence des actes considérés comme délictuels ou criminels avait littéralement explosé avec l'éveil des Déviants et le soulèvement des Rebelles. La loi martiale ne s'était pas encore installée à Arda City mais disait-on que ce n'était qu'une question de temps. Évidemment, il n'était pas question que de cela. Les délits "classiques" perduraient toujours comme l'agression ou le vol, notamment en cette époque d'une société duale, aux inégalités sociale très fortes. Des citoyens venaient avec leurs enfants, d'autres avec leur cyborg obéissant, certains venaient même avec leur animal de compagnie. Puis il y avait ceux qui venaient seuls. Pour payer une contravention au lieu de régler l'affaire en quelques secondes par virement bancaire de chez eux. "Trouble à l'ordre public" était-il écrit sur le billet électronique. Assise sur un siège de métal, comme tout le monde, Kathleen attendait, bras et jambes croisés, pinçant ses lèvres teintées de son rouge favori. Manifester, même de façon pacifique, pour la cause de Déviants était une forme de délit. Elle avait accepté la contravention avec le sourire mais ses pensées n'avaient pas été sages en revanche. Avisée, elle s'était abstenue d’émettre la moindre protestation. Passer la nuit en cellule était ennuyeux.
Dix heures dix. Un enfant assis à côté d'elle, pas plus âgé que sept ou huit ans la fixait du regard avec fascination. Elle lui adressa un sourire bienveillant, peut-être lui avait-elle paru intimidante avec son air contrarié. Tout timide, il dissimula son visage contre sa mère. Celle-ci avait une expression inquiète sur le visage. L'usure de ses vêtements et le désordre dans ses cheveux indiquait à Kathleen qu'elle faisait certainement partie de cette majoritaire population pauvre de la métropole.
Dix heures douze. Sa voisine de siège et son petit garnement s'étaient levés, se présentant à leur tour au comptoir. L'attente semblait interminable, c'était comme si le temps s'allongeait dans l'unique but de rendre l'attente encore plus pénible. Le numéro qui avait été attribué à Kathleen était encore loin d'être appelé.
Dix heures treize. Elle remarqua un peu plus loin qu'un petit groupe de jeune gens l’observaient d'un air incrédule. Quand elle croisa leur regard, ils se concertèrent entre eux. Décidément, elle avait la côte aujourd'hui. En réalité, ils avaient reconnu qui elle était. La jeune femme n'était pas une écrivain très connue mais son engagement faisait qu'elle ne laissait pas certaines personnes insensibles.
Dix heures quinze. Kathleen luttait contre l'envie de décrocher la grand horloge du commissariat pour la piétiner sans ménagement. Elle poussa un soupir las et se redressa subitement sur son siège lorsqu'elle reconnut une personne qui traversait le hall sans accorder le moindre regard à la foule. C'était Gabrielle. Kathleen l'avait formellement reconnue, elle ne pouvait pas se tromper. Mais son ancienne amie d'enfance, qu'elle considérait comme une petite sœur, ne semblait pas l'avoir vue, ou l'avait volontairement ignorée. Après tout, cela faisait longtemps qu'elles ne s'étaient pas vues. Elles s'étaient éloignées avec la même force que leurs opinions. Ni une, ni deux, Kathleen se leva de son siège et hâta le pas pour la rattraper et saisir son poignet pour attirer son attention. « Gabrielle...? » Cela faisait trop de temps qu'elle ne l'avait pas vue. Elle ne pouvait pas laisser passer cette occasion, ne sachant pas quand elle se représenterait. Elle avait réfléchi des dizaines et des dizaines de fois à ce qu'elle dirait lorsqu'elle croiserait à nouveau le chemin de son amie mais en cet instant, aucun mot ne venait. Et c'était un comble pour une personne qui avait la réputation de bien trop parler. « Ça faisait longtemps. » Oooh, bravo Kathleen! Quelle originalité...

Revenir en haut Aller en bas

Gabrielle A. Sheppard
hey little lambs, I'm
avatar
Forget your Past ; Believe in Yourself
more about you
your identity card

▲ ARRIVEE SUR ARDA : 25/02/2013
▲ MESSAGES : 446
▲ EMPLOI/LOISIRS : Chasseuse à plein temps



ARDA CITY
▲▼▲


MessageSujet: Re: « Le hasard a un sacré sens de l'humour. » [pv Gabrielle ~ Kathleen]   Dim 7 Avr - 14:59



“Le hasard a un sacré sens de l'humour”
Kathleen && Gabrielle


Le QG de l'unité dont Gabrielle faisait partie était un endroit que la jeune femme appréciait particulièrement. Elle aimait y passer du temps à traquer les déviants. Recueillir toutes sortes d'informations sur ses futures proies. Un travail essentiel. Nécessaire au bon déroulement de sa mission. Une mission que la chasseuse prenait très à coeur. Non pas par plaisir. Mais tout simplement parce qu'elle pensait que les déviants allaient sans doute mener les humains à leur perte. Leur causant de dommages irréparables. Une telle omniprésence au sein d'une vie humaine ne peut qu'être néfaste. Leur beauté parfaite les rend si attachants. Mais le trou béant de leur poitrine vide et leur épiderme artificiel n'est qu'une vulgaire illusion. Une reproduction que Gabrielle trouvait de moins en moins fidèle plus elle se détachait de ces êtres maléfiques.
Pour se rendre au QG, elle devait passer par le commissariat d'Arda City. Histoire de conserver un minimum son statut de chasseuse à temps plein anonyme. Elle n'avait pas spécialement de couverture pour se protéger. Quand on lui demandait ce qu'elle faisait dans la vie, elle se contentait de répondre qu'elle faisait des petits boulots en tout genres. Qu'elle n'aimait l'attachement à un lieu et qu'elle avait besoin de changer d'air régulièrement. Un mensonge pour en cacher un autre. La chasseuse ne se sentait pas particulièrement bien à l'idée de devoir effacer des cyborgs. Mais elle se complaisait dans son acte de barbarie en se disant qu'elle rendait service aux humains qui s'y était attaché. Leur douleur aurait été mille fois pire si ils avaient du attendre que leur répliquant meurt après huit années de bons et loyaux services. Une douleur que Gabrielle connaissait bien et qu'elle ne souhaitait à personne. Et qu'elle ne désirait jamais revivre. Au risque de ne pas y survivre.
Ce jour-là, Gabrielle était entrée dans l'enceinte du commissariat avec en tête sa future proie. Un déviant qui menaçait depuis des semaines de lâcher une bombe artisanale sur le building de la BrainCorporation. Un cyborg gênant qui se devait d'être retrouvé au plus vite. La chasseuse était sur le point de mettre la main sur lui grâce à l'un de ses informateurs. La matinée était bien entamée déjà et la jeune femme venait récupérer ses armes avant de se mettre en chasse. Elle n'était pas vraiment loquace en règle générale, mais ce jour-là encore moins. Elle n'avait qu'une seule chose en tête, retrouver le traître. C'était sans compter sur Kahtleen. Car elle était bien là. Assise sur l'une des nombreuses chaises souvent prises de la salle d'attente. Qu'avait-elle encore fait ? Qu'avait-elle encore écrit qui lui avait valu une amende ? Mais Gabrielle n'avait pas le temps de se consacrer à elle ce matin. Elle l'avait vue du coin de l'oeil en entrant mais fit mine de ne pas la voir et fonça tout droit vers le QG. Malheureusement pour la chasseuse, Kahtleen l'avait remarquée. Ne prêtant pas attention à son ancienne amie d'enfance, elle continua sa route avant que son poignet soir happé par la main blanche et froide de celle qu'elle avait considérée comme sa grande soeur. Les mots de Kathleen se faisaient maladroits. Gabrielle n'était pas particulièrement heureuse de la revoir à ce moment précis et se contenta de réponde un maigre « Euhm... Oui écoute je suis pressée je t’appellerais d'accord ? », avant de se retourner en espérant que celle qu'elle avait tant aimé auparavant abandonne sans se manifester.
Code by Pokipsy

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

Losing my Breath
People are going to tell you who you are your whole life, but you’ve just got to punch back and say : “No, this is who I am”. If you want people to look at you differently, make them. If you want to change things you’re going to have to go out there and change them yourself, because there are no fairy godmothers in this world.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« Le hasard a un sacré sens de l'humour. » [pv Gabrielle ~ Kathleen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Papy a un sacré sens de l'humour... | Nelsha
» Je me nomme Melfice...mes parents avaient le sens de l'humour...
» William Wallace - Ses parents avaient un certain sens de l'humour...
» C'est une blague ou le Noyé a un sens de l'humour de merde | Mathie [Tour I - Terminé]
» Un ti termi que j'ai trouvé sur internet par hasard
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arda City :: Archives RPs-